Catégories

NOTRE MODULE DE PAIEMENT

Logo CM-CIC
 

Lettre d'information MELPAS – Mai 2016

Une journée à Koussès.

En Avril dernier, nous avons répondu à l'invitation de notre fournisseur Manolis PAPADAKIS producteur de l'huile d'olive KOUSSES ESTATE, la seule huile d'olive de Crète produite en biodynamie. Nous avons passé une journée en sa compagnie et mis nos pas dans les siens au milieu de ses oliveraies et du charmant petit village de Koussès. D'abord l'endroit : Koussès un petit village tout blanc accroché aux collines qui dominent la plaine de la Messara dans le sud de la Crète. En face la cité antique minoenne de Phaistos que l'on devine sur une colline au loin, un peu écrasée par le massif du Psiloriti au sommet duquel persistent encore quelques plaques de neige.

Il est 8 heures, la température approche déjà les 20 degrés et Manolis nous attend pour partager un petit déjeuner roboratif. Au menu yaourt fait maison, œuf d'oie provenant de l'exploitation familiale et pain crétois, ce fameux pain des bergers cuit 2 fois qu'il suffit de passer légèrement sous l'eau pour lui redonner une consistance comestible. Manolis nous parle de ses études de géologie à l'université de Patras et de sa volonté de revenir vivre dans ce coin paradisiaque de Crète pour y cultiver la terre de ses parents. Et puis il y a le choix décisif de la biodynamie : « mon amour pour l'olivier et ma volonté de produire une huile d'olive de qualité m'ont amené à choisir des méthodes de culture différentes. Ainsi, depuis 2009 et guidé par ces principes, je produis la première huile d'olive biodynamique de Crète ».

Il est temps de passer aux travaux pratiques et de suivre Manolis dans ses oliveraies, une promenade qu'il affectionne particulièrement et qui lui permet de prendre le pouls de ses protégés. Ce qui frappe au premier coup d’œil, c'est la différence d'aspect entre ses arbres conduits selon les principes de l'agriculture biodynamique et ceux de ses voisins : d'un côté, des oliviers au port altier, déjà couverts de fleurs et resplendissants de santé ; de l'autre, des arbres plus ternes, au port fatigué et couverts de bois mort. « Le secret c'est le sol : regardez comme ma terre est noire » et il joint le geste à la parole, grattant avec son pied le sol et découvrant une terre composée d'une multitude de petites branches. L'explication ne tarde pas à venir « je n'utilise aucun engrais autre que du compost que je prépare en hachant les branches taillées et en les mélangeant avec le fumier de mes moutons ».

Au passage, Manolis cueille 3 jeunes feuilles d'olivier et entreprend de les mâcher. Une vieille tradition héritée de ses aïeux et qui serait un des secret de la longévité crétoise. Nous faisons de même mais l'expérience est amère ! Aussi nous dirigeons nous vers l'unique café du village pour nous jeter un petit raki accompagné » d'un mézzé exceptionnel : des fleurs de courgette farcies,un régal !

Et notre promenade au milieu des oliviers reprend pour l'après-midi, interrompue seulement par un repas pantagruélique de poissons sur une terrasse de bord de mer. Pour clôturer la journée en beauté, notre guide nous invite à assister au coucher du soleil du haut de la colline qui surplombe le village et qui offre une vue imprenable sur toute la vallée de la Messara. Et nous revoilà à crapahuter au milieu d'un maquis aux mille parfums et parsemé des plantes les plus diverses. « Ici, ça sent la mer et le thym » nous déclare Manolis une fois atteint le sommet et découvrant un panorama époustouflant sur la mer de Libye. Le disque solaire plonge lentement derrière les îles Paximadi, semble s'arrêter à la lisière de l'horizon et suspendre un instant le cours du temps pour saluer d'un dernier éclat le Psiloriti, cet Ida qui vit naître Zeus.

Lettre d'information MELPAS – Juin 2016

L'ouzo, ça se boit comment ?

S'il est une boisson qui nous parle de la Grèce c'est bien l'ouzo !

Nous sommes nombreux en ce mois de Juin à rêver aux prochaines vacances et à un bon ouzo bien frais accompagné de quelques mezze. Mais connaissons nous vraiment cette boisson et avons nous toutes les informations qui nous permettent de le déguster au mieux ? Faisons donc aujourd'hui le point sur la boisson nationale grecque. Oui grecque puisque depuis 1989, la réglementation européenne précise que l'ouzo doit être produit en Grèce pour avoir le droit à cette dénomination. Il ne faut pas non plus la confondre avec la famille des alcools produits à base de raisin (sous forme de marc ou de fruits entiers) fermenté puis distillé comme le raki ou le tsipouro qui, lorsqu'ils sont aromatisés à l'anis (ce qui est souvent le cas au Proche-Orient) ont un goût très proche.

L'ouzo c'est d'abord une macération dans l'alcool de différentes plantes méditerranéennes comme la badiane (ou anis vert), l'anis étoilé, la muscade, le fenouil, la cardamome, la cannelle ou la coriandre. Cette macération est ensuite distillée puis mélangée avec de l'alcool pur (le pourcentage de produit distillé représentant au moins 20% du mélange final). Rien à voir donc avec le pastis provençal issu d'une distillation directe. Le mot « ouzo » quand à lui est d'origine incertaine, on retiendra cependant les deux explications les plus courantes : le mot pourrait venir du turc « üzûm » qui signifie raisin ; il pourrait aussi tirer son origine des caisses de récupération utilisées par les producteurs pour les exportations vers Marseille sur lesquelles était inscrite l'expression « uso Massaglia » soit « à l'usage de Marseille ». Enfin, il convient de s'interroger sur la façon de servir l'ouzo. Faut-il le mélanger avec de l'eau et peut-on ajouter des glaçons ? S'il est de coutume en Grèce de boire son ouzo sec ou avec quelques glaçons et de servir un verre d'eau à part, la majeure partie des touristes déguste leur apéritif avec de l'eau. Mais la question épineuse reste de savoir si l'on verse l'ouzo sur les glaçons ou s'il faut jeter les glaçons dans l'ouzo. Et là, le débat fait rage entre les tenants de l'une ou l'autre méthode. Ils ont chacun leurs arguments , fort recevables au demeurant (« l'ouzo doit être frappé pour être bon » pour les premiers, « l'ouzo doit refroidir lentement pour conserver tous les arômes » pour les seconds) , mais considèrent que seule leur méthode est la bonne. Cependant tous se retrouvent pour définir trois interdits à éviter absolument : l'ouzo ne se boit jamais seul mais avec la « paréa » (la compagnie d'amis), l'ouzo ne se boit jamais debout et enfin il doit toujours être accompagné de mezze (et surtout pas de cacahuètes !). Alors pour cet été, appelez tous vos amis, prévoyez un nombre conséquents de chaises (un grec a besoin de 3 chaises pour s’asseoir convenablement : la première pour s'y asseoir véritablement, la seconde pour s'y accouder et la troisième pour y reposer un pied) et jetez votre stock de cacahuètes et autres gâteaux apéritifs. Vous trouverez de succulents mezze sur le site de la Boutique MELPAS qui restera ouverte tout l'été !

Lettre d'information MELPAS Boutique – Juillet 2016

La salade grecque.

La salade grecque est devenu un des éléments incontournables de la gastronomie grecque et apparaît invariablement sur la table parmi les autres plats du menu. Elle règne en maîtresse sur la carte de tous les restaurants touristiques et, revers de la médaille perd de son originalité à mesure que croit sa notoriété. Aujourd'hui, si vous commander une « choriatiki » dans une taverne de Plaka ou d'un autre lieu touristique, vous vous verrez servir invariablement une salade de tomates accompagnée de quelques rondelles de concombre, lamelles de poivron rouge ou vert et olives noires, le tout surmonté d'une fine tranche de feta (grecque ?) parsemée d'un peu d'origan et arrosée d'un mince filet d'huile d'olive (vierge extra ?). Quelle ne fut pas ma stupéfaction lorsque récemment, parcourant un blog diffusant depuis Athènes des recettes grecques, je lis l'affirmation suivante : « alors, pour la salade de campagne, contrairement à d'autres plats plus élaborés, il n'y a pas vraiment de diversité dans la recette ». Les bras m'en tombent et me reviennent alors en mémoire une ribambelle de salades grecques toutes différentes les une des autres : avec des petits artichauts (Arahova), avec des jeunes scolymes (Héraklion), du pourpier sauvage et des feuilles de salsifis ( Zakros), des asperges sauvages (Sougia)...

La salade « choriatiki » (paysanne) est un assemblage de légumes et de plantes cueillis au jardin potager ou dans la campagne à une période donnée. Elle est le reflet de ce qui pousse au moment où elle est composée et peut donc varier en fonction de l'endroit (utilisation de plantes comestibles sauvages en Crète) et de la saison. Dernier petits conseils avant de courir au jardin pour récolter les ingrédients de votre prochaine salade grecque : pas de vinaigre et du bon pain ! En effet, l'assaisonnement ne se fait qu'avec une huile d'olive vierge extra de grande qualité (vous en trouverez une à votre goût sur le site de la Boutique MELPAS), non filtrée et versée généreusement sur la salade. Le bon pain c'est pour faire trempette (« papara » comme on dit en grec), car le meilleur de la salade c'est à la fin, quand les jus des légumes, les petits morceaux de fromage, les brins d'origan et l'huile d'olive se sont mélangés pour vous offrir tous leurs parfums rassemblés.

Nous vous souhaitons un bel été avec des salades grecques variées et succulentes !

Lettre d'information MELPAS – Septembre 2016

Le feu !

L'été fut chaud, au propre comme au figuré !

Lundi 5 Septembre, un incendie se déclare dans le local où nous entreposons une partie de notre marchandise et le détruit entièrement. C'est un crève-cœur que d'assister à la destruction par les flammes du travail passionné de nos amis producteurs et de voir leurs efforts réduits en cendres.

Après l'abattement, il y a la volonté de poursuivre l'aventure et rapidement les énergies se mobilisent. Des solutions alternatives sont trouvées, les produits sont réapprovisionnés et l'activité ne fléchit pas. Nos fidèles clients sont toujours là pour nous témoigner leur soutien et nous apporter leurs concours. MELPAS ne peut pas s'arrêter, MELPAS vivra !

Alors on se souvient de ce vieux Prométhée qui, dans sa grande mansuétude est allé dérober le feu des dieux pour l'offrir aux pauvres hommes oubliés par son frère Épiméthée qui les a dépourvus de toute qualité. Quelle drôle d'idée ! Confier cette arme à double tranchant à des créatures aussi inconséquentes que l'être humain ! Alors on comprends mieux la terrible sentence que lui inflige Zeus. Car le feu, s'il permet de cuire la viande et évite de manger la moussaka froide est aussi une redoutable arme de destruction. Le feu grégeois (du latin graecus, grec) que les Byzantins utilisaient lors des batailles navales avec des effets dévastateurs pour la marine adverse est aujourd'hui à ranger au rayon de antiquités. On l'a remplacé par le feu nucléaire capable de vitrifier un pays entier. Quel progrès !

Lettre d'information MELPAS – Décembre 2016

Le fameux pain crétois.

Depuis la nuit des temps, et après que Déméter lui ai fait don des céréales, l'homme fabrique du pain qui est sans doute l'une des premières nourritures artificielles. Le pain occupait une place de choix dans l'alimentation quotidienne des Minoens et leur préféré était le pain d'orge. Le fameux « eptazimo » dont il est fait mention dans de nombreux témoignages retrouvés sur les sites minoens a traversé les âges pour se retrouver aujourd'hui et pratiquement inchangé sur la table des crétois contemporains. Il fait aujourd'hui partie de la culture et du régime alimentaire de l’île. Sa fabrication est similaire à celle d'un pain classique à la différence près que les miches sont coupées en tranches et cuites une seconde fois. Les Minoens les appelaient « dipiritis artos » ce qui signifie « cuit deux fois » et que nous traduirons par le classique « biscotte ». Le dakos c'est ainsi qu'on désigne le pain crétois aujourd'hui apparaît dans de nombreuses recettes dont la fameuse « koukouvagia » qui n'est autre qu'une salade grecque présentée sur un « paximadi ». Riche en fibres, en vitamines, en minéraux et en antioxydants, le pain crétois stimule l'activité intestinale et protège contre les maladies cardio-vasculaires, certaines formes de cancer, le diabète et l'obésité. Vous découvrirez sur notre site les produits MELKO, une société familiale installée dans la vallée de la Messara (sud de la Crète) qui perpétue la tradition en produisant une gamme complète de dakos et de paximadia crétois.

Lettre d'information MELPAS - Janvier 2017

MELPAS 2017 : une année pleine de saveurs nouvelles.

Le début de l'année c'est traditionnellement l'occasion d'échanger les vœux. Nous ne faillirons pas à la tradition en vous souhaitant un « ευτυχισμένο 2017 ». Toute l'équipe MELPAS vous présente, à vous qui lisez cette lettre d'information et à tous ceux qui vous sont chers, ses meilleurs vœux de santé et de bonheur pour l'année 2017.

Janvier c'est aussi l'occasion de regarder dans le rétroviseur et de faire le bilan de l'année écoulée. Pour MELPAS ce fut une année contrastée : tout était au beau fixe jusqu'au Lundi 5 Septembre, notre Lundi noir où 6 palettes étaient détruites par le feu dans les locaux de notre transporteur. Si le dossier n'est toujours pas clos au niveau des assurances (nous n'avons toujours pas touché les indemnités relatives à ce sinistre), cet événement appartient déjà au passé. Retenons l'aspect positif : en dépit du préjudice subit, MELPAS a continué de fonctionner sans accrocs majeurs, preuve que le navire est solide et qu'il a digéré la tempête.

Enfin, le début de l'année est aussi l'occasion de se projeter dans l'avenir et d'examiner les perspectives pour l'année qui débute. Et là, nous pouvons vous affirmer que 2017 sera une année remplie de surprises et de nouveautés. Nos récents voyages en Grèce nous on permis de rencontrer de nombreux producteurs et de sélectionner plusieurs produits de grande qualité que vous verrez apparaître progressivement dans la boutique.

Ainsi, votre voyage en Grèce s'enrichira en 2017 de nouvelles escales et de nouvelles saveurs.

Notre souhait pour cette nouvelle année : être toujours à la hauteur de vos espérances et de votre attente, poursuivre avec vous notre chemin à la rencontre des saveurs grecques.

Lettre d'information MELPAS - Février 2017

2 ou 3 choses à savoir au moment d'acheter votre huile d'olive.

En ce début Février, les huiles d'olive millésimées 2017 que nous avons sélectionnées en Grèce nous arrivent une à une. Pourquoi, vous étonnerez vous sans doute, un tel délai entre la cueillette -qui a lieu suivant les régions et les variétés entre mi-Novembre et Décembre – et la disponibilité des huiles sur le site de la Boutique ? Chez MELPAS, nous avons fait le choix de vous proposer des huiles d'olive non filtrées car lors du filtrage l'huile perd une bonne partie des bienfaits potentiels pour votre santé (antioxydants et autres oligo-éléments) et de ses qualités organoleptiques. Il faut donc prendre patience, attendre que l'huile décante et se débarrasse des résidus organiques produits lors du concassage des olives. C'est la raison pour laquelle certaines références se retrouvent en rupture de stock à cette période de l'année où la nouvelle production tarde à arriver. C'est toujours avec beaucoup d'émotions que nous découvrons les nouvelles cuvées qui nous apportent les saveurs et les arômes de leurs terroirs : en effet, nous privilégions les huiles d'olives produites sous « Appellation d'Origine Protégée » car ce sont les seules à vous garantir l'origine et le caractère de l'huile que vous achetez . En Grèce, il y a 12 AOP couvrant une partie du territoire et vous trouverez dans la gamme MELPAS cinq huiles d'olive grecques ou crétoises répondant aux critères de sélection exigeants du cahier des charges : la THERAPNI en AOP Lakonia, l'huile du Monastère de TOPLOU en AOP Sitia Lassithi, la BIOLI CRETA et la KOUSSES ESTATE en AOP Messara et la SALTIS en AOP Vorios Mylopotamos Rethymnis Kritis. Il faut rappeler ici que l'AOP reconnaît en premier lieu l'antériorité d'une variété d'olive et d'un savoir-faire sur une région donnée et garantit la provenance géographique des olives, l'utilisation unique des variétés typiques de la région couverte par l'AOP, les méthodes culturales et la méthode de production. L'AOP est donc un gage de qualité indéniable qui permet au consommateur de s'y retrouver dans l'immensité de l'offre et d'éviter ces « pseudo huiles d'olive » qui ne sont rien d'autre que des cocktails d'huiles de provenances diverses et qui prolifèrent dans les rayons des grandes surfaces.

Lettre d'information MELPAS - Mars 2017

Mytilène ou Lesvos.

Pour certains elle évoquera une couleur bleue, à tort car le composé organique utilisé en médecine et synthétisé par le chimiste allemand Caro ne lui doit rien, même pas le bleu caractéristique de l’Égée qui l'entoure. Pour d'autres elle rappellera la poésie de Sapho, poétesse de l'Antiquité qui vécu sur l'île au VII et VI ème siècle avant JC et dont l’œuvre poétique, composée essentiellement d'épithalames et de poèmes élégiaques à fait dire à Platon qu'elle étai la « dixième muse ». L'île de Lesvos – ou de Mytilène si l'on préfère la baptiser du nom de sa capitale – que les turcs nommaient « le jardin de l'Empire » en raison de sa fertilité est la troisième île grecque de par sa superficie (Après la Crète et l'Eubée). Située en mer Égée du Nord, face aux côtes turques et plus précisément vis à vis d'Ayvalik – autrefois Aïvali, ville qui connu un destin tourmenté dans les années 20 – elle offre ses paysages montagneux et boisés, ses golfes profonds et la beauté de ses villages traditionnels à un tourisme encore modéré. Aujourd'hui, cette île tranquille fait la une de nos journaux car elle retrouve sa vocation d'île d'accueil : après les grecs de la « Grande Catastrophe » de 1921, ce sont aujourd'hui les vagues de réfugiés syriens, afghans ou érythréens qui arrivent de Turquie, fuyant la guerre et les persécussions. On n'échappe pas à son destin !

Mais si je vous parle de l’île de Lesbos aujourd'hui, c'est vous vous en doutez pour ses 11 millions d'oliviers qui en font la troisième région productrice d'huile d'olive de Grèce après la Crète et le Péloponnèse. Ce sont les variétés « Kolovi » (Olea europaea var.pyriformis), «  Adramitini » (Olea europaea var.media subrotunda) et « Ladolia » qui règnent en maître. Variétés rustiques qui s'adaptent très bien au profil accidenté de l’île, et donnent à l'huile d'olive de Mythilène sa robe jaune pâle caractéristique et ses saveurs reconnaissables entre toutes. Après une recherche scrupuleuse sur place, MELPAS a choisi de vous proposer l'huile d'olive vierge extra de la Coopérative des huiles d'olive de Lesbos. Fondée en 1929, la Coopérative est fière de son héritage et du savoir-faire transmis et entretenu au cours des décennies pour produire une huile de haute qualité. Très liée à son terroir d'origine – la LESVOS GOLD est certifiée en IGP - ce qui vous garantit l'origine des olives et le savoir-faire unique pour obtenir un fruité qui ne peut être reproduit ailleurs. Produite en quantité limitée, la LESVOS GOLD PREMIUM est une huile d'olive précieuse, un véritable trésor offert par la nature grecque !

Lettre d'information MELPAS - Avril 2017

Une escapade en Attique.

Profitant des premiers beaux jours, l'équipe MELPAS met le cap sur Athènes afin de rendre une petite visite à deux de ses fournisseurs emblématiques : la Coopérative de ROVIES et le domaine TELHINIA. L'arrivée dans la capitale grecque nous plonge aussitôt dans la réalité de la crise. Trois quarts d'heure seulement pour rallier le centre ville depuis l'aéroport grâce à une circulation rendue fluide par le niveau vertigineux du prix de l'essence. Et tout au long du parcours, une kyrielle de magasins fermés, "à vendre" ou "à louer" alterne avec des bâtiments délabrés, laissés à l'abandon par manque de moyens. Une sensation de désolation que n'égayent même pas les drapeaux colorés des deux clubs rivaux de Panathinaïkos et de l'Olympiakos qui doivent s'affronter le Dimanche suivant dans un match qui s'annonce comme le sommet du championnat de football grec.

Trois heures de route pour atteindre le petit village de ROVIES dans le nord de l'Eubée par une route sinueuse offrant à chaque virage des paysages à couper le souffle. Nikos Vallis, fondateur et âme de la Coopérative des producteurs de ROVIES nous accueille avec le traditionnel café grec. Dans un français parfait, il nous explique que la Coopérative fondée en 1982 n'a pour but premier de réaliser du profit mais de protéger les habitants et le village en leur procurant un travail et des ressources. L'environnement est également au centre des préoccupations et toute l'activité est organisée sur le modèle d'une coopérative écologique. La visite de la fabrique confirme tout le respect voué à l'olive : désamérisation à la grecque (sans soude), des saumures à faible teneur en sel (4%) et une pasteurisation douce (85°C pendant 20 minutes). Tout ici est fait pour conserver les textures, la fraîcheur ainsi que les qualités nutritionnelles et organoleptiques  de l'olive locale variété "Konservolia", pour protéger l'acide maslinique que l'on trouve dans la cire de la peau d'olive et qui, d'après les récents travaux du professeur CARA de l'université de Grenada pourraient protéger l'organisme contre les cancers du tube digestif.

Ce matin, c'est en train que nous nous rendons à KIATO pour rencontrer Takis KOIKAS du domaine TELHINIA. Les oliveraies s'étendent à proximité du site antique de Sykione. Prospère à l'époque archaïque (6ème siècle avant J.C.) et reconnue notamment pour son école de peintres sur cire, la ville n'est plus aujourd'hui qu'une cité fantôme. Le charmant petit musée abrité dans les bains romains que nous avions pu visiter lors de notre dernier passage est fermé faute de crédits. Quand au théâtre à peine dégagé  qui donnait au site une note mystérieuse, il est aujourd'hui enserré par des grilles métalliques qui en interdisent l'accès. Takis nous promène dans ses oliveraies élevées en agriculture biologique, un lieu de calme et de tranquillité où il aime à venir se réfugier quand la vie se fait trop pressante. Le domaine, transmis de génération en génération est planté d'oliviers variété "Manaki", l'olive reine de Corinthie qui a la particularité de ne jamais noircir complètement. C'est elle qui donne tout son bouquet et ses belles saveurs herbacées à l'huile du domaine TELHINIA, une huile qui, affirme Takis, "est celle que nous consommons nous mêmes et que nous donnons à nos enfants".

Lettre d'information MELPAS - Mai 2017

L'olive grecque : une amie qui vous veut du bien !

La présence de l'olivier sur la terre grecque remonte à la nuit des temps. Des feuilles fossiles d'olivier datant de 50 000  à 60 000 ans ont été découvertes dans le sol  volcanique de Santorin, témoignant de cette union millénaire entre l'arbre béni, la terre grecque et ses habitants. Les tables en linéaire B découvertes en Crète confirment l'importance de l'olivier dans la vie économique des cultures qui s'y succèdent depuis la période minoenne. Pour récompenser les vainqueurs des différentes épreuves aux Jeux Olympiques, on leur offrait une jarre d'huile et une couronne d'olivier. Arbre sacré pour les grecs, l'olivier a, au cours des siècles étendu ses racines sur le sol hellène où il a trouvé une terre généreuse pour fructifier et transmettre un message de vie, de renaissance, de foi et d'espoir au monde entier.

Avec ses 160 000 000 oliviers disséminés à travers tout le pays, la Grèce occupe le 3ème rang mondial pour la production d'huile d'olive et d'olives de table. Les oliveraies en Grèce appartiennent à de petites exploitations rurales de type familial où l'olivier est cultivé selon les mêmes méthodes traditionnelles depuis des milliers d'années. La production grecque d'olives de table se distingue par sa qualité exceptionnelle grâce aux variétés propres à l'oliveraie grecque et aux soins méticuleux des producteurs. Bien entendu, les conditions climatiques favorables constituent un atout supplémentaire et un gage de qualité maximum. C'est ainsi que la Grèce s’enorgueillit de ses 10 Appellations d'Origine Protégée qui garantissent une qualité et un savoir-faire reconnu. Ainsi, Kalamon, Conservolia et autres Thrumba sont elles les fleurons d'une production exceptionnelle, reconnue dans le monde entier.

L'olive a toujours été à la base de l'alimentation grecque. Elle a une valeur nutritive élevée, est riche en fibre végétale et en principes antioxydants. Mais ce qui fait le plus de l'olive grecque, c'est la méthode de désamérisation. Impossible de manger une olive cueillie directement sur l'arbre à cause de son amertume. Pour la lui retirer, il existe différentes méthodes : la méthode espagnole qui plonge l'olive dans la soude caustique pendant plusieurs heures, la méthode californienne qui répète la méthode précédente deux fois et la méthode grecque qui n'utilise pas de substance chimique toxique mais du sel. L'avantage de la méthode grecque est évident : l'olive n'étant pas cuite par la soude, elle conserve toute sa texture croquante et ses saveurs originelles. Chez MELPAS, nous avons une exigence supplémentaire qui nous fait choisir des olives non ou très peu pasteurisées. Résultat : non seulement les olives que vous trouvez sur notre boutique en ligne sont croquantes et goûteuses mais en plus elles n'ont rien perdu de leur intérêt nutritif.

Lettre d'information MELPAS - Juin 2017

Voyage aux îles grecques / 1

Nous entamons aujourd'hui un périple dans les iles grecques qui nous amènera à visiter les Cyclades (Juin), les Sporades (Juillet), le Dodécanèse (Août) et la Crète (Septembre). Et pour prolonger le voyage, une recette originaire de notre escale du mois et une réduction de 10% sur des produits sélectionnés. Nous vous souhaitons un bel été et une belle croisière !

Tout commence au Pirée, port poussiéreux et agité qu'on atteint en quelques minutes d'Ilektrikos. Les ferries attendent  face au porche de la station, la poupe béante et dans une agitation qui s'accroit à mesure que l'heure du départ approche. Le Pirée comme un passage obligé, une porte ouverte sur le rêve. Car elles sont là, à une encablure, "quelque part près du lieux où nous allons à l'aveuglette, un peu plus bas, un peu plus haut, à une distance infime" G. Seferis. Il suffit de traverser la rue pour s'embarquer vers les Cyclades.

Commençons notre voyage par un peu d'histoire - c'est  inévitable en Grèce ! Au sortir de la préhistoire (entre 3200 et 1750 avant J.C.) l'archipel, placé sur la route maritime de la Crète connut un trafic maritime intense qui engendra une brillante civilisation atteignant son apogée autour de l'an 2000 avant J.C. Délos sera alors le centre religieux de l'archipel et son sanctuaire à Apollon drainait pèlerins et richesses. Le nom de l'archipel provient du fait que les iles qui le composent forment comme un cercle ("kyklos") autour de l'ile sacrée. Il subsiste d'assez nombreux témoignages de la civilisation cycladique, les plus émouvants étant probablement ces "idoles" de marbre blanc que l'on peut encore admirer au musée de Naxos. Plus récentes mais d'une grande fraicheur de couleurs, les fresques narratives découvertes à Santorin sont remarquables par leur dessin très fin et nous renseignent sur la vie quotidienne de Thira avant que le volcan n'explose.

Parmi les 39 iles que compte l'archipel des Cyclades (dont 24 habitées), laquelle sera votre élue pour y passer l'été ? Les premières qui viennent à l'esprit sont les plus célèbres, mais aussi les plus fréquentées : Mykonos recherchée par les amateurs pour sa vie nocturne agitée, Délos pour ses richesses archéologiques et Santorin pour le panorama sur la caldera et les couchers de soleil d'Oia. Elles sont à éviter au plus fort de l'été, de même que certaines iles comme Paros, Ios ou Sifnos qui attirent une "jet set" envahissante. Alors, pour trouver l'ile de ses rêves avec la petite taverne où manger du poisson frais et la treille pour siroter le café, il vous faudra choisir une destination plus lointaine ou moins recherchée par le tourisme de masse : Tinos et ses pigeonniers, Naxos aux paysages verdoyants, Serifos pour sa sérénité.

Et quand vous l'aurez trouvé vous pourrez déclamer avec Elytis : "Au Paradis j'ai mis le drapeau sur une ile, toute à ta ressemblance : une maison sur la mer ".